Rire de la destruction de Gaza ! Lettre ouverte à la comédienne Anne Roumanoff

Publié le par Pepshe

Nous savons que vos spectacles apportent rire et bonne humeur à beaucoup de francophones de par le monde. C’est pourquoi nous sommes choqués et déçus d’apprendre que vous vous apprêtez à participer, le 2 mars 2009 à Genève, à un spectacle donné en soutien aux soldats israéliens blessés

Votre participation à ce spectacle serait un acte de soutien et de solidarité avec l’armée israélienne, laquelle est l’instrument principal de l’oppression systématique et de l’assujettissement du peuple palestinien. Elle contribuerait à « embellir » l’image internationale d’une force militaire agressive impliquée, de longue date, dans des massacres, ainsi que le nettoyage ethnique tout-à-fait bien documenté qui a touché des centaines de milliers de Palestiniens chassés de leur terre en 1948.

Nous espérons que vous conviendrez que cela est l’exact contraire de ce que la comédie devrait véhiculer. Il n’y a rien de drôle dans le palmarès de l’armée israélienne touchant ses violations des droits Humains.

La comédie ou les comédiens ne devraient en aucune manière contribuer à soigner l’image de cette armée dans le monde, alors que les Palestiniens continuent de souffrir de l’agression militaire perverse perpétrée par Israël.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, Israël poursuit la construction de colonies, d’une infrastructure routière, de barrages et d’un mur d’apartheid, mur déclaré illégal par la Cour Internationale de Justice.

Israël dénie à des millions de Palestiniens réfugiés leur droit internationalement reconnu de retourner dans leur pays ; détruit les maisons des Palestiniens ; tue des enfants palestiniens en toute impunité ; et déracine des centaines de milliers d’arbres palestiniens.

De plus, Israël maintient un système de discrimination raciale envers ses propres citoyens palestiniens, avatar de l’apartheid sud-africain.

Votre représentation, en soutien à l’armée israélienne, dira aux Palestiniens que leur souffrance - produit du colonialisme et du racisme - n’a aucune importance. Elle sera une gifle pour les comédiens, musiciens, artistes, réalisateurs, écrivains et poètes palestiniens, qui parviennent à conserver l’espoir dans un contexte étouffant et écrasant.

Par conséquent, nous vous écrivons pour vous demander de reconsidérer votre décision de vous produire en soutien à l’armée israélienne.

Nous nous demandons comment quiconque pourrait se produire sur les planches et faire rire un public au profit d’une armée qui vient juste d’achever son atroce massacre dans la Bande de Gaza occupée.

Vous savez certainement que cette opération a tué plus de 1’300 personnes, dont 410 enfants, et en a blessé 5’300 autres. Cette guerre a été qualifiée par le Rapporteur Spécial pour les Droits Humains de l’ONU, de « prélude à un génocide ». Ces propos répondaient à l’élimination, par l’armée israélienne, de familles entières ; à la destruction de quartiers, de villages, d’écoles, et de bâtiments de l’ONU ; et à l’usage de bombes au phosphore blanc et autres armes controversées, sur l’une des zones les plus densément peuplées de la planète, où plus de la moitié de la population est constituée d’enfants.

Le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, Amnesty International, et nombre de juristes internationaux de premier plan, ont également demandé des enquêtes à propos des crimes de guerre qui auraient été commis par l’armée même que vous vous apprêtez à soutenir en vous produisant.

Comme vous devriez le savoir, quasiment tous les réalisateurs, artistes et personnalités palestiniennes dans le domaine culturel, ont appelé leurs pairs à travers le monde à boycotter les institutions culturelles israéliennes, du fait de leur complicité dans la perpétuation de l’occupation et d’autres formes d’oppression touchant le peuple palestinien [1].

En réponse, au cours des dernières semaines, partout dans le monde, des groupes d’artistes, des comédiens, des réalisateurs de films, des étudiants et des universitaires, ont redoublé d’efforts pour témoigner de leur solidarité avec les Palestiniens sous occupation, pour condamner les crimes de guerre d’Israël, son système d’apartheid, et pour appeler à une action politique efficace telle que le Boycottage, le Désinvestissement et les Sanctions (BDS). La plus récente de ces expressions émane d’universitaires français, signataires d’un appel à des mesures punitives de la communauté internationale en réponse aux crimes de guerre commis par Israël [2].

Nous espérons pouvoir vous compter parmi les artistes du monde, qui, comme Bono, Snoop Dog, Björk, Jean-Luc Godard, se sont joints aux appels à boycotter Israël, aussi longtemps que celui-ci n’aura pas rempli ses obligations envers le droit international et reconnu pleinement les droits des Palestiniens.


(Source : Info-Palestine)

Publié dans Politique

Commenter cet article